28, putain !

Octobre, tu t’en vas déjà ! Comme chaque année, je voudrais te retenir, m’agripper à toi, que tu me donnes encore un peu de tes jours et de ta chaleur, moi qui me régale de ton nom et de tes promesses.

Automne 2017

Cette année comme toutes les autres, j’ai l’impression de n’avoir pas assez profité de tes belles feuilles, tu passes toujours trop vite, en coup de vent, je me retourne et déjà on est le 31, déjà l’automne s’effiloche, déjà le parebrise de ma voiture gèle le matin.

Octobre, je n’aurais jamais assez de toi. Mais ça ne veut pas dire que je ne te savoure pas. Au contraire !

Cette année, point de ramassage de feuilles, point de mitraillage photo des érables flamboyants (ça peut encore venir, toutefois !). J’ai décidé de profiter de l’automne simplement, avec les yeux, avec le cœur, rien que pour moi. Chaque arbuste en train de virer au rouge, imprimé dans ma tête. Chaque rayon de soleil posé sur ma peau, accueilli en retenant mon souffle. Les premières fraicheurs qui m’ont fait sourire d’aise en m’arrachant un frisson. Les petites mésanges que je vois picorer sans relâche en préparation de l’hiver. Les vignes qui se fanent, progressivement, en passant par la chaude palette des couleurs d’automne. Ah, oui, cette année j’ai eu le droit à un bel automne, chaud et brillant, annonciateur de belles choses et de pentes à gravir, après avoir passé tant de mois à les débouler sans pouvoir m’arrêter !

J’espère pouvoir mettre dans mes mots le sourire intérieur que m’a procuré (presque) chaque journée de ce mois d’octobre 2017. J’avais besoin d’un mois flamboyant pour remettre le feu à mes entrailles et retrouver mon essence. Je n’ai pas beaucoup écrit, mais je l’ai vécu, et alors que nous nous apprêtons à entrer dans le mois de novembre (et la perspective d’un nanowrimo motivé), je voudrais retenir ces quelques mots : A New Hope.

28 A New Hope

28 ! Ah, 28, je t’accueille avec tout l’engouement dont je suis capable.

Toute une série de jurons me vient en tête pour dire bye bye à ce trou-de-balle de 27. Vraiment, celui-là, il ne me plaisait pas, et il ne m’a d’ailleurs été d’aucune joie tout au long de cette triste année. Ce 7 cassant et pointu m’aura picoré le derrière inlassablement, jusqu’au dernier moment. Il était temps qu’il dégage, bon vent !

Je retrouve avec le 8 la douceur des nombres pairs, deux bedaines bien rebondies, une belle paire de seins, des fesses moelleuses, vous prendrez l’image que vous préférez…

Tout comme mon 26 qui m’avait fait faire de petits bonds, le 28 me donne un enthousiasme fou. Je retrouve un chiffre qui fait sourire quand on le prononce, rien que ça, c’est un immense bonheur. [On notera donc, que, par la même occasion, je retrouve la joie des petits plaisirs simples et ridicules, où donc était-elle passée pendant tout ce temps ?].

J’ai l’impression de retrouver une partie de moi-même, avec ce 28, une partie que le 27 m’avait volée, par je ne sais quel mystère mystérieux. Je ne l’explique pas, une sensation irrationnelle de mon esprit comme j’en ai tant d’autres.

J’aime ce 28 et ses promesses qui, si tout se passe bien, s’exauceront avec le déroulement de 2018, un double 8 qui me fait déjà de l’œil, celui-là je n’aurai pas intérêt à le louper, il y aura de grandes choses à réaliser.

Que dire de plus ? Je pourrais utiliser encore de longues lignes pour parler de mon émerveillement et mon soulagement, mais je pense que vous avez bien compris l’idée.

Jeudi dernier, j’ai donc célébré mes 28 ans au bord de l’océan, sur la plage du Truc Vert au Cap Ferret pour être plus exacte. Oui, j’ai choisi cette plage uniquement pour son nom. Je n’y étais jamais allée auparavant et je n’ai pas été déçue. La route baignée de soleil et ponctuée des couleurs de l’automne a été d’un grand plaisir. J’avais espéré une plage déserte, mais c’était sans compter les vacances scolaires et donc quelques marmots et bien des surfeurs. Il n’y avait pas non plus foule, bien de la place pour tout le monde, c’était chouette.

Plage du Truc Vert

J’avais pris l’ordi (même pas peur du sable) et j’ai passé plusieurs heures sur mon roman, à le relire devant l’océan. Ah, comme j’aimerais faire ça chaque jour de ma vie, si je le pouvais ! Un plaisir simple et bon. Ne suis-je pas née uniquement pour cela ?

De 11h à 17h, j’ai gratté le clavier, en prenant le temps de perdre mon regard dans les vagues lorsque je cherchais une idée sur laquelle je n’arrivais pas à mettre le doigt. L’eau est une source d’inspiration indiscutable. Elle organise mes pensées. J’ai ainsi réussi à écrire une nouvelle version de mon chapitre un, j’ai fini par supprimer des passages que pourtant j’adorais et duquel étaient partis l’idée du roman, mais à cet instant devant l’océan, j’ai su qu’ils n’avaient plus leur place dans cette version finale de mon manuscrit, qu’ils étaient temps de les libérer. Et ainsi de suite pour les chapitres d’après. Une pomme dans le ventre, j’ai continué de faire défiler les pages, tantôt allongée, tantôt assise, les heures se sont succédé mais le temps n’existait plus. Le soleil était doux et m’a donné quelques couleurs.

Vague Océan

J’ai refermé l’ordinateur uniquement parce qu’une heure de route m’attendait et que je ne voulais pas me mettre en retard pour mon rendez-vous du soir, un restaurant avec deux de mes coéquipières (oserais-je dire amies ?). Depuis 2010 c’est toujours un peu difficile d’être sociable ce jour-là, et pourtant cette année j’ai eu sincèrement envie de passer un bout de moment avec ces deux personnes que j’apprécie, et cette envie s’est retrouvée absolument comblée, quelle douceur, quel bonheur.

Une journée d’anniversaire partagée entre solitude et convivialité, un équilibre parfait, je n’avais besoin que de cela.

Et toujours le sourire aux lèvres dès que je me rappelle que je suis enfin débarrassée du 27.

28 ans

 

14 commentaires

  1. Joyeux Anniversaire donc, avec retard mais sans sable.
    Je préfère aussi les nombres paires.
    Jolies Photos !
    Intéressantes images que celles de tes 28 ans… Mais aucune n’attire vraiment mon attention 😉
    2 comme des yeux qui brillent….

    Aimé par 1 personne

  2. Je te sens pleine d’enthousiasme à l’aube de tes 28 ans et que je suis heureuse pour toi! Profite pleinement et continue à nous enchanter avec tes mots.
    Merci pour le rappel du Nanowrite, il est peut-être temps que je me lance sur une autre idée maintenant que le passé est posé sur le papier.
    Plein de douces et belles choses pour toi Cléa. Je t’embrasse affectueusement.

    Aimé par 1 personne

    1. Le nanowrimo c’est pour moi une boulimie d’écriture bienfaisante : l’objectif n’est pas forcément la qualité, mais la quantité, l’écriture au kilomètre en laissant courir ses doigts sur le clavier… Je l’ai fait deux années de suite déjà, c’est toujours une belle expérience. Cette année je vais reprendre le tome 2 des petites choses, commencé lors du Nano de l’année dernière…
      Je te souhaite de trouver l’inspiration !
      Merci de tes mots, de tes pensées. Je t’embrasse bien !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s