Le colis de l’absurde

Je reviens d’une petite excursion à La Poste. Lorsque je suis entrée, l’accueil était chaleureux et souriant, on m’a proposé un service de qualité entièrement adapté à mes besoins. J’en suis ressortie un quart d’heure plus tard absolument ravie et avec la confiance que mon colis sera bien traité et amené à destination.

Bon, j’arrête là ma petite blague.

Évidemment, rien de tout cela n’est vrai. À part que je suis effectivement allée à La Poste pour [enfin] envoyer mon objectif d’appareil photo en réparation. Je le reconnais : la photo me manque déjà.

Lorsque je franchis la porte d’entrée du Bureau de Poste, je suis accueillie par une dame taciturne qui m’adresse un « Puis-je vérifier le contenu de votre sac s’il vous plait » qu’elle a déjà dû répéter des centaines et des centaines de fois. Je lui ouvre mon sac, mais déjà je suis agacée. Ce genre de pratique me dérange : elle ne sert qu’à alimenter le climat de peur et de méfiance qui règne dans notre pays. Honnêtement, à part jeter un bref coup d’œil dans mon sac et constater le merdier que c’est, ça ne sert à rien d’autre. Si je voulais vraiment faire du mal dans ce petit bureau de poste insignifiant fréquenté par une dizaine de personnes, il serait assez facile de dissimuler ma malfaisance. Mais je m’écarte du sujet. Sans rien dire, je lui ouvre mon sac, elle regarde, me remercie, j’avance.

Je me dirige vers les boites. Elles me paraissent toutes immenses. Une petite dame s’avance vers moi. « Vous cherchez quelque chose ? » Je lui montre mon objectif d’appareil photo emballé dans une petite boite en plastique que j’ai rembourrée, et je lui explique que j’ai besoin d’une boite un peu plus grande et elle me montre alors cette boite à 8 euros (230 x 130 x 120 mm, au moins deux fois plus grand que l’objet que je cherche à envoyer). « Non, c’est trop grand, il me faudrait la taille en dessous ». « C’est le plus petit qu’on ait », répond-elle, lassée.

L’absurdité de cette déclaration me fait tomber les bras du cerveau. Considérant que cet emballage est caractérisé de « Boite de taille M », il me semble qu’on est en droit de s’attendre à l’existence d’une « Boite de taille S ». Où est-ce que je vais chercher trop loin ?

« Il n’y a pas plus petit ? » j’insiste, ma logique refusant d’accepter cette incongruité. Elle pince les lèvres et va chercher un autre type d’emballage, du même volume mais deux fois moins épais, me le propose. Je lui remontre mon objet : « Ça n’ira pas ». « C’est bien ce qui me semblait » réplique-t-elle sèchement. Je la remercie, fais le tour des présentoirs par acquit de conscience, regrettant amèrement d’avoir jeté toutes mes boites en carton lors de mon précédent déménagement, convaincue de faire le bien par souci de minimalisme. Évidemment, je n’avais pas prévu de casser mon objectif. Je me demande de toute façon s’ils ne m’auraient pas forcée à prendre une de leur boite « standard ». Résignée, je me saisis de cette boite à 8 euros. Une vieille me lance en ricanant : « Ça va vous couter cher ». De quoi je me mêle ? ai-je envie de lui rétorquer. Mais je me contente d’un « Je sais » et vais me mettre à l’écart pour remplir l’adresse sur la boite.

En mettant mon objectif à l’intérieur et en entourant mon rembourrage d’encore plus de papier bulles que j’ai eu la présence d’apporter, je constate qu’il se balade tout de même bien dans cette grande boite. Je bous intérieurement. Cela me parait absurde et grotesque, fait uniquement pour que l’on n’ait pas le choix de payer le modèle au-dessus. J’ai appris, par ma lecture du moment, qu’un cerveau HP a du mal à comprendre et accepter les situations illogiques. Aujourd’hui, je baigne en plein dedans, et bien que je ne le montre pas (trop) extérieurement, intérieurement je suis indignée de cette aberration (voire presque révoltée, au point de vous en faire tout un article dessus).

Je n’ai d’autre choix que de m’y conformer et, une fois l’adresse inscrite, je me mets dans la queue pour payer. Évidemment, je tombe sur la caisse de la dame qui m’a « conseillé » la boite tout à l’heure. Elle a de la chance. J’ai lu pas plus tard qu’hier l’article de Fakir sur le délitement de La Poste, ce fantôme de service public. Je sais qu’on leur demande toujours plus de polyvalence, que le personnel est formé sur le tas et qu’on lui met une pression grandissante que beaucoup n’arrivent plus à gérer. Je sais que ce n’est pas de sa faute, et qu’elle n’a probablement pas besoin de se prendre dans la gueule pourquoi le service proposé par La Poste aujourd’hui ne me convient absolument pas.

Alors, j’ai pris un sourire que j’ai essayé de faire bienveillant, me suis adoucie  et ai gentiment demandé si elle n’avait pas quelque part du papier bulle pour rembourrer un peu plus la boite. Elle aussi est agacée, mais mon ton semble la convaincre. Elle part dans la réserve et revient avec deux bouts de papier bulle. Ce n’est pas l’idéal et ça ne remplira pas la boite, mais c’est mieux que rien, je la remercie et le dispose autour de l’objectif. Elle colle et ferme.

« Ça a quelle valeur, votre matériel ? » « Entre 400 et 500 € je dirais. Neuf. Là, c’est cassé ». À son air dépité je vois que quelque chose ne va pas. « Il n’y a pas de recommandé avec cette boite », lâche-t-elle. C’est sûr que c’est mieux, donc je lui indique que je vais en prendre un. « Dans ce cas c’est une autre boite ». Nous échangeons un regard qui en dit long sur le temps que nous venons de faire perdre l’une à l’autre. « Il y a une valeur maximum pour cette boite-ci ? » je m’enquiers. Elle confirme. Je n’ai pas pris la bonne boite. L’espace d’un instant, je crains qu’elle ne me fasse payer la boite à 8 euros sur laquelle j’ai écrit et qui est donc gâchée. Mais elle se contente de rayer, inscrit « Faute » dessus et me tend un formulaire de recommandé tandis qu’elle prend une autre boite, de même taille mais de couleur différente. POURQUOI FAIRE SIMPLE.

Je garde mon calme, je crois qu’on peut dire que c’est autant de sa faute que de la mienne, je n’ai pas bien expliqué le contenu de mon envoi, et de son côté elle aurait dû me demander dès le départ quelle en était sa valeur. Mais elle a l’air lasse et fatiguée, quelque part je ne peux pas lui en vouloir.

Du coup, je m’écarte pour réécrire cette foutue adresse, j’attends qu’elle finisse avec la cliente suivante, et je repasse avec elle pour payer. Elle me demande quelle valeur je veux mettre pour le recommandé, 200 (vu qu’il est cassé) ou 400. « Ça change le prix d’affranchissement ? » « Oui, mais ça sert surtout en cas de perte ». Je demande le prix pour 400, elle me dit 13 euros, plus 2 euros pour la boite (tu crois pas qu’à ce prix-là ils pourraient inclure la boite dans l’affranchissement ?). Elle a gagné, elle m’a fait peur. Il n’y a pas de raison que le colis n’arrive pas à destination, mais au cas où, je prends pour 400. J’ai bien le sentiment de me faire avoir et que c’est inutile, mais j’ai déjà trop lutté pour ce matin.

15 euros et 40 bonnes minutes plus tard plus tard, je ressors de cette Poste en levant les yeux au ciel. Il a intérêt d’être réparable, cet objectif, sinon ce sera réellement une bien piètre utilisation de mon temps et de mon argent. 15 euros, c’est mon budget d’alimentation pour une semaine. Je suis agacée qu’ils soient partis comme ça, aussi facilement. Je suis agacée de ce service bringuebalant et privatisé. Je suis agacée de vivre dans cette société absurde. Je suis pourtant la première à refuser de cracher sur le service public. Mes convictions politiques savent qu’il est la clé d’une société en bonne santé. Quand je vis ce genre d’excursion, cependant, je ne m’étonne plus que notre pays s’effrite.


Article 23/30 du challenge 30 jours/30 articles, un peu de râlou pour pas grand-chose mais fallait que je l’exprime !

Publicités

9 commentaires

  1. Je m’arrête sur un détail (pourtant je comprends parfaitement ton sentiment de frustration vis à vis des illogismes !) : 15 € c’est ton budget alimentation pour une semaine ?! Mais c’est complètement dingue !

    Aimé par 2 personnes

    1. Je ne me représente pas bien tout ce qu’on peut avoir en tout pour 15euros, mais je sais que les fruits et légumes peuvent vite atteindre quelques kilos pour 15euros – pour une personne, une semaine, ça ne m’étonne pas du tout. Pour peu qu’on mange peu de viandes ou carrément végétarien, et peu en quantité, c’est tout à fait possible.

      Aimé par 2 personnes

    2. C’est exactement ça ! Je suis végétarienne et je fais mes courses uniquement sur le marché ou dans des magasins de producteurs. Je n’achète que des produits frais de saison. Pour les « graines » j’achète le plus local possible ou en vrac chez Biocoop, ça revient moins cher. Et je fais tout moi même : pâte à tartiner, Granola, soupes, gâteaux… Rien d’industriel qui coute une blinde pour pas vraiment nourir ! Bref, comme je suis toute seule c’est facile de faire attention.

      Après, 15 euros, peut-être que j’exagère un peu, probablement que c’est plus 20. Quand je fais le plein à 30 euros j’ai de quoi tenir une bonne dizaine de jours en général. Et à la fin du mois c’est parfois plus si je vois qu’il me reste des sous sur mon budget et que je peux me faire plaisir 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Je trouve que l’ affranchissement des lettres et colis est devenu exorbitant. Allez, je vais me la jouer vieux con . Qui aurait pu penser il y a 16 ans que l’ on paierait 100 francs (15 euros) pour poster un colis ! C’ était plutôt 5 Francs (soit 0,76 euros). 😦

    Aimé par 1 personne

    1. Malheureusement la valeur des francs ne correspond plus à grand chose pour moi. Mais je me souviens que lorsque nous sommes passés à l’euro, j’avais eu 15 euros en étrennes, et à l’époque 100 francs c’était une jolie somme pour de l’argent de poche ! Aujourd’hui 15 euros c’est presque le minimum pour acquérir quoi que ce soit. Donc oui, c’est exorbitant. Si en parallèle le service était au rendez-vous… Mais il n’y a même pas ça.

      Aimé par 1 personne

  3. Pour être une cervelle HP moi aussi, je ne peux que compatir au manque sidérant de logique dont tu témoignes ici. Des comme ça, il en arrive tellement et de plu en plus ! Cette histoire est d’une absurdité qui touche au sublime. Quel prix et bazar pour cet envoi ! J’espère qu’il n’y a pas eu de problèmes avec les suites de cette mésaventure !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s