Tri-tatouée – O.V.N.I (1/3)

La gravure dans la peau de tout ce qui nous ressemble. Les marques indélébiles et ostensibles de qui nous sommes. Ça n’a jamais été une question de si je me ferais tatouer, mais de quand et quoi. Enfant, le tatouage que mon père avait sur l’avant-bras me fascinait beaucoup : je savais déjà qu’un jour moi aussi j’en aurai un.

Bien sûr,  nous n’avons pas tou·te·s le même rapport au tatouage. Certain·e·s vont se lever un beau matin et décider soudainement que c’est un beau jour pour se faire tatouer. D’autres vont mûrir le projet pendant plusieurs années. Il y a aussi la symbolique. Se faire tatouer simplement un motif que l’on trouve joli, ou bien un dessin dont le sens est vital ?

Comme toujours dans mes articles, je vais parler ici de ma propre expérience. Ça ne veut pas dire que c’est la seule et unique expérience possible, la vérité absolue du tatouage. Ni que je vous jugerai si vous vivez vos tatouages différemment, ou si vous préférez votre peau sans effraction cutanée. Chacun·e a ses raisons, personne n’a tort. Dans ce domaine comme dans tous les autres, nos choix, nos principes et nos valeurs nous déterminent et nous sont propres, et font la richesses de nos communautés et de nos partages.

~

J’ai commencé à penser à mon premier tatouage à l’aube de mes dix-huit ans, l’âge légal où l’on dispose enfin pleinement et librement de son corps. Les idées, ce n’était pas ce qui manquait. Il y a eu une date (qui reste dans un coin de ma tête). Un scorpion. Une plume. Un livre. Une libellule. Des dessins abstraits qui me venaient sous les doigts et dont j’aimais les formes.

Vous devez vous en douter vous qui vous acharnez à lire ce blogue, le sens était évidemment d’une importance primordiale. Jamais je ne pourrais me faire tatouer un motif qui ne m’évoque rien d’autre qu’un assemblage harmonieux de couleurs et de formes. Ce serait bien trop superficiel pour mon essence complexe et ramifiée qui s’agite dans toutes les dimensions possibles. Ce que je grave dans ma peau, il faut que ça résonne jusque dans mes os. Ces effractions cutanées sont des témoins, des marqueurs, des balises. De qui j’ai été, qui je suis et qui je voudrais être.

Alors, il y a eu la libellule. Être vivant éphémère et gracieux, dont le ballet m’a toujours fascinée, presque transcendée. Ne plus bouger et retenir sa respiration tout en regardant la libellule virevolter, arrêter le temps tout en l’observant aller à toute allure. Liberté. Légèreté. Impétuosité. Voilà ce que m’inspire la libellule et ce que j’aspire à être lorsque j’en vois une.

Vous l’avez entraperçue par ici. L’internet l’a vue plus largement par là. La libellule que m’a dessinée Stan Akha ne se contente pas d’être la représentation d’un insecte : si elle en a la forme et l’esprit, elle est constituée de différents éléments qui font d’elle une libellule unique, ma libellule. Partant d’un gribouillage informe que j’avais assemblé à partir d’images glanées çà et là, il a tout de suite été inspiré par mon projet et sa main d’artiste l’a sublimé.

20150206

Je voulais que l’écriture y soit présente sous la forme d’une plume à encre. Je voulais que l’eau y soit présente sous la forme de gouttes et de vagues. Je voulais les ailes de la liberté prêtes à s’envoler de mon dos. Le tatoueur a respecté tout cela tout en y imprimant son style personnel, donnant au dessin une substance particulière, un trait plus profond, plus vivant.

Ce tatouage est-il parfait ? Non. Aucun tatouage ne l’est vraiment. Parfois je le trouve un peu trop simple, un peu trop sage, ma vie est passée par tellement d’autres phases depuis. Cependant, même si mes yeux ne se posent pas souvent dessus, quand ils le font, je suis saisie par la même émotion et détermination que j’ai ressenties en passant la porte du salon de tatouage ce 06 février 2015. Ce tatouage, c’est la Cléa de 2015 post-Canada, avec ses envies et ses aspirations, la certitude de ces trois piliers (l’eau, l’écriture, la libellule).

J’ai pour ce premier tatouage une tendresse particulière, la satisfaction d’un désir longuement mûri, la gravure dans la peau d’une partie de mon essence. Lorsque le moment sera venu de le rafraichir, peut-être que je chercherai à le compléter, lui donner plus de mouvement. Dans tous les cas, j’aurais toujours dans le dos une libellule prête à prendre son envol, vers l’imaginaire ou vers d’autres terres, le mystère reste entier.

Libellule

Publicités

16 commentaires

  1. J’avoue aimer lire les histoires autour des tatouages. Je me suis toujours posé la question, si oui ou non je me lancerai un jour.
    Encore une fois je me sens très conditionnée par tout un tas de pensées, alors je laisse la porte ouverte…
    Comme tu le dis on change Cléa, toutefois les tatouages sont quand même une partie de nous, quelle qu’elle soit. A un instant T.
    Merci pour ton partage.

    J'aime

    1. Je crois que si un jour tu auras envie de te lancer, tu le sauras. Mes trois tatouages ont été une évidence et on fait instantanément partie de moi. Ce sont des choses qu’il ne faut pas forcer, mais si la porte est ouverte… 😉
      Merci Marie !

      J'aime

  2. Moi aussi j’aime les histoires autour des tatouages, car ce n’est pas anodin d’a/encrer quelque chose dans sa peau. J’ai fait le mien au Canada où j’ai vécu comme toi, mais plus à l’est… Alors que je me décidais à rentrer en France, je sentais qu’une page de ma vie se tournait, j’aspirais alors à plus de stabilité mais je ne voulais pas oublier non plus cette part de moi libre et sans attache, et ne pas me perdre. Le motif, je te laisse le deviner d’après ce que je viens de dire et d’après ce poème écrit pour l’Agenda ironique… https://lateliersouslesfeuilles.wordpress.com/2018/01/08/la-bonne-etoile/

    J'aime

    1. Merci de ton partage Estelle… Oui, les tatouages sont une histoire d’étape et de tournant, et aussi NOTRE histoire…
      J’avais lu ton poème mais je n’avais pas saisi alors cette allusion ! Une étoile, donc ?

      J'aime

    1. Oui, je me rappelle que nous en avions parlé lors de notre dernière rencontre ! Je comprends aussi tout à fait cette volonté de naturel (d’ailleurs je ne porte que très rarement des bijoux et encore plus rarement de maquillage).
      Je ne sais pas encore lorsque j’aurais l’occasion de revenir, peut-être l’été prochain, avec mon van, si tout va bien… J’espère que tout va bien là-haut ! J’imagine que l’automne doit y être délicieux.

      J'aime

  3. ton dos dans les fougères me semble une représentation parfaite de qui tu es……c’est mon ressenti………. et de plus je ne peux qu’aimer ce tatouage car j’adore les libellules! et celle-là, mama mia! elle est extra!
    bisous cléa et merci pour cette mise à nu de l’élan créateur 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Malyloup ❤ Comme d'habitude tu me "ressens" bien ! Je me promenais en forêt avec une amie. Nous avions déjà pris des photos de mon 3e tatouage en prévision de l'article, et subitement j'ai vu les fougères et j'ai eu envie de cette photo. La forêt en automne est si poétique… elle est aussi mon essence ! Donc oui, ce tatouage est un moment d'épanouissement parfaitement capturé par mon amie.

      Aimé par 1 personne

  4. Magnifique libellule ! Et très belle photo « nature » 😉

    Combien de tatouages as tu finalement ? Je m’en suis fait un en janvier 2015 après des années de réflexion, et comme le tien, c’est un tatouage en lien avec l’écriture. Rien n’évoque cette dernière dans le dessin, mais les gens qui me lisent font immanquablement le lien entre le tatouage et mon univers, puisque j’ai choisi de me faire le tatouage de l’un de mes personnages, qui l’a lui-même fait en hommage à un autre personnage (tu suis ? xD).

    J'aime

    1. Merci beaucoup Chris !
      J’en ai 3 en tout, les deux autres devraient être dévoilés en début de semaine prochaine par ici 😉
      Je crois que je suis pour l’histoire de ton tatouage^^ je trouve ça super ! Clin d’œil de toi à toi mais aussi entre toi et tes lecteurs·rices… C’est une symbolique forte, parce que si précieuse et si personnelle.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s